Le jeûne au cours du deuxième trimestre de la grossesse peut être particu …

On sait que la restriction énergétique pendant la grossesse augmente le risque d'accouchement prématuré.

Une étude récente publiée dans Le journal de la nutrition fournit de nouvelles informations démontrant que le jeûne au cours du deuxième trimestre de la grossesse peut être particulièrement nocif. L'équipe de recherche, dirigée par Nathalie Auger (Centre de recherche de l'Hôpital de l'Université de Montréal) et ses collègues, a évalué l'association entre le jeûne ramadan pendant la grossesse et le risque d'accouchement prématuré pour les femmes arabes.

Les naissances prématurées ont été classées selon leur gravité: extrême (22-27 semaines), très (28-31 semaines) et prématurée tardive (32-36 semaines). En analysant les certificats de naissance de plus de 3 000 000 d'accouchements au Québec, au Canada, les chercheurs ont identifié les dates de début et de fin du ramadan afin de déterminer s'il avait eu lieu au cours d'un trimestre de la grossesse.

Dans cette étude sur les femmes arabophones, le jeûne du Ramadan au cours du deuxième trimestre de la grossesse était associé à un risque 35% plus élevé d'accouchement très prématuré par rapport à l'absence de jeûne. Le risque était encore plus grand pour le jeûne du Ramadan au cours des semaines 22 et 27, la deuxième moitié du deuxième trimestre. Les chercheurs n'ont pas pu confirmer que toutes les femmes arabophones avaient jeûné dans cette étude, mais les résultats montrent de manière convaincante que le jeûne pendant le Ramadan au deuxième trimestre de la grossesse était lié à une naissance très prématurée, mais pas à une naissance prématurée tardive ou extrême.

De plus, le jeûne pendant le ramadan du premier trimestre n'a eu aucun impact. Cela n’est pas surprenant étant donné que, pendant le deuxième trimestre de la grossesse, les besoins en énergie augmentent de 340 kcal / j alors que les besoins en énergie du premier trimestre ne sont pas différents de ceux des femmes non enceintes.

Bien qu'il soit déconseillé de jeûner pendant la grossesse, il peut être particulièrement risqué de rester dans la période critique située entre 22 et 27 semaines de grossesse. Il est recommandé aux femmes enceintes de ne pas jeûner au deuxième trimestre afin de réduire les risques d'accouchement prématuré.

Référence Tith RM, Bilodeau-Bertrand M, Lee GE, Healy-Profitos J, Auger N. Le jeûne pendant le Ramadan augmente le risque d'accouchement très prématuré chez les femmes arabophones. The Journal of Nutrition, volume 149, numéro 10, octobre 2019, pages 1826-1832, https://doi.org/10.1093/jn/nxz126

Crédit d'images: canva.com

Kathy Beerman, PhD

Kathy Beerman est professeure à la School of Biological Sciences de la Washington State University. Auteur de plusieurs articles publiés, elle s'intéresse aux recherches portant sur l'efficacité d'une nouvelle approche du traitement de l'anémie ferriprive dans les régions rurales du Guatemala et de l'Équateur. Le Dr Beerman enseigne un cours de nutrition de premier cycle destiné aux majeures de la santé, ainsi qu'un cours préparant les étudiants à participer à une mission médicale de dix jours au Guatemala. Depuis son entrée à la faculté de la Washington State University en 1990, elle a été récipiendaire de plusieurs prix d'enseignement (le mérite de la mérite méritoire de la faculté de Burlington Northern, le prix d'excellence de la fondation RM Wade et le prix d'excellence de la faculté Sahlin pour l'enseignement). . Plus récemment, elle a reçu le prix de la SCA pour réalisations exceptionnelles dans les activités internationales (2017) et le prix du président pour le leadership (2018). Parmi les autres activités académiques, citons le co-auteur de deux manuels d'introduction à la nutrition (Sciences de la nutrition: des fondamentaux à l'alimentation et NUTR).

Articles Liés

Nutrition et insuffisance cardiaque: ce que nous savons et ne savons pas

Guest Post d’Audrey Shively, MCHES, réunion de décembre 2016 à Orlando, Floride, consacrée aux avancées et aux controverses en matière de nutrition de l’ASN.

Vivre simplement en santé réduit le risque de cancer

Colleen Doyle, MS, Dt.P., de l'American Cancer Society, a exposé les mythes et les réalités liés au risque de cancer. Sa

Mangez plus de baies!

La session tenue jeudi après-midi sur le vieillissement et la cognition, présentée par Barbara Shukitt-Hale, doctorante, portait sur l'augmentation de l'inflammation.